Appel à communications du RT7 – 2017

Appel à communications pour le 7ème congrès de l’AFS

Université de Picardie Jules Vernes – 3-6 juillet 2017

Réseau Thématique 7 « Vieillesses, vieillissement et parcours de vie »

 

L’appel à contributions couvre l’ensemble du champ thématique du réseau. Soit :

 

  1. L’étude du vieillissement comme processus social et comme construction collective : processus et expériences du vieillissement ; inégalités sociales, culturelles et de genre au cours de l’avancée en âge ; vieillissement au travail ; politiques de la vieillesse et structuration des rapports entre vieillesse et société ; transformations du parcours des âges, catégorisations et changements dans les représentations des âges ; rapports entre générations ; etc.
  1. L’étude des modes de vie des retraités, des « personnes âgées », des « aînés » des « seniors » ou de sous-groupes particuliers ; formes du lien social à la retraite (vie familiale, sociabilité, sexualité, engagement associatif, mobilisation politique) ; étude des moments de transition (passage à la retraite, veuvage, entrée en maison de retraite) ; santé, vécu de la maladie et des handicaps, étude de l’usage par les gens âgés du système de santé et des établissements de soins et d’hébergement, ; étude de « la grande vieillesse », déclinaisons des vieillesses féminines ou masculines, « ordinaires », immigrées, etc.
  1. L’étude des transformations des formes du vieillissement au regard des politiques publiques et des modes d’intervention auprès ou avec des publics âgés; mise en œuvre des lois sur la « dépendance » ou sur la « participation sociale » des personnes âgées ; politiques locales de la vieillesse ; associations et professionnels travaillant auprès des personnes âgées ; établissements d’hébergement pour personnes âgées ; etc.

 

Une attention particulière sera accordée aux propositions s’inscrivant plus particulièrement dans les perspectives ouvertes par la thématique générale du Congrès : « Sociologie des pouvoirs/pouvoirs de la sociologie ».

La question du pouvoir est en effet très directement liée à la définition de la jeunesse et de la vieillesse. Ainsi que le souligne Bourdieu : « La représentation idéologique de la division entre jeunes et vieux accorde aux plus jeunes des choses qui font qu’en contrepartie ils laissent des tas de choses aux plus vieux. […] Cette structure, qui se retrouve ailleurs (par exemple dans les rapports entre les sexes) rappelle que dans la division logique entre les jeunes et les vieux, il est question de pouvoir, de division (au sens de partage) des pouvoirs. Les classifications par âge (mais aussi par sexe ou, bien sûr, par classe…) reviennent toujours à imposer des limites et à produire un ordre auquel chacun doit se tenir, dans lequel chacun doit se tenir à sa place »[1] (1984, p. 143-144). Mais parce que l’âge est « une donnée biologique socialement manipulable et manipulée » (ibid, p. 145), les valeurs accordées aux différents âges de la vie varient selon les contextes socio-historiques et culturels. Dans nos sociétés fondées sur le travail, la généralisation de la retraite comme situation d’inactivité pensionnée minore à la fois le statut et le pouvoir des personnes vieillissantes ; de même, la centration sur l’âge adulte comme étalon de mesure en termes de santé, d’activité, etc., sous-entend de moindres performances ou capacités des personnes vieillissantes à mesure qu’elles entrent dans les catégories socio-médicales de la fragilité.  De ces situations découlent quatre types de questionnement :

  • Quels sont les pouvoirs des personnes âgées, et en particulier, quelles sont leurs possibilités de gouverner leur existence ? Il est alors nécessaire de s’attacher à décrire et à analyser finement quelles sont les capacités des personnes à décider pour les autres et pour elles-mêmes, telles qu’elles sont socialement constituées à la rencontre des ressources ou des dispositions construites tout au long de leur existence et de l’inégale actualisation ou pertinence de ces ressources ou dispositions dans les contextes de vie qu’ils rencontrent. L’enjeu est bien alors de différencier les formes, les expressions, les volumes de ces ressources selon les trajectoires et les appartenances de classe, de race, de sexe ou encore selon les territoires. La question de la valorisation ou de la dévalorisation des compétences et des connaissances, notamment lorsqu’elles sont incorporées, au fil du vieillissement apparaît ainsi comme un axe d’analyse fécond de la variation des pouvoirs des personnes âgées.
  • Le pouvoir politique des personnes âgées, en tant que groupe social distinct des autres, peut-il être distingué des pouvoirs des autres groupes d’âge, d’autant plus dans un contexte historique où leurs voix et leurs votes semblent peser de manière accrue sur les issues des élections ? Dans quelle mesure le vieillissement de la société accroit-il le pouvoir politique des vieux ? Comment caractériser ce pouvoir politique des aînés ? En s’attachant aux effets d’âge et de génération, tant dans le corps des citoyen.ne.s, que des votant.es ou des élu.es, l’enjeu est bien de faire apparaître les rapports des vieux au pouvoir politique, et leurs éventuelles spécificités. Au-delà de la sociologie des votes, ces questionnements peuvent aussi interroger la place des aînés dans les enjeux de la démocratie participative. Dans quelle mesure l’âge est-il un critère pertinent dans la participation des habitant.es ? Convoqués au sein de démarches participatives telles que les « villes amies des aînés » (programme de l’Organisation Mondiale de la Santé), les individus vieillissants y disposent-ils d’un réel pouvoir ou sont-ils de simples faire-valoir de nouvelles formes d’action publique territoriales ? Quelles sont les trajectoires et les appartenances sociales des personnes âgées investies dans les dispositifs de démocratie participative ?
  • Alors que le pouvoir des hommes et des femmes politiques cherche et contribue à effacer relativement leur âge, les plus vieux d’entre nous, au sens des plus marqués, physiquement, par leur âge, apparaissent sans pouvoir, ou disposant de pouvoirs faibles. Les incapacités physiques et cognitives dans lesquelles est pensée aujourd’hui majoritairement la vieillesse semblent restreindre leurs pouvoirs. Dans quelle mesure les travaux sociologiques menés sur la situation de différentes catégories de personnes âgées (travailleurs âgés, résidents d’institution, femmes âgées militantes, personnes souffrant de pathologies neuro-dégénératives, immigré.es ou migrant.es âgées, etc.), et pour partie avec elles, contribuent-ils ou ont-ils contribué à faire connaître ces situations ? Dans quelle mesure ces travaux ont-ils été pris en compte par les politiques publiques, par les professionnels chargés d’aider ou d’accompagner les personnes âgées, ou encore par les personnes âgées elles-mêmes ? Dans quelle mesure ces travaux ont-ils été émancipateurs ?
  • Un questionnement plus épistémologique renvoie à la production de la connaissance sociologique elle-même. Si le développement des sociologies qualitatives a implicitement cherché à redonner du pouvoir aux individus en partant à la conquête de « l’Empire du sens » Dosse, 1997[2]), cette approche a-t-elle interrogé les rapports de pouvoir entre le chercheur et son terrain ? La sociologie peut aussi tester, ou participer à tester, de nouvelles méthodologies qui interrogent ces relations entre le chercheur et son terrain, à l’instar des « Living Labs » Existe-t-il aujourd’hui en France des travaux qui proposent des formes de « co-recherche », c’est-à-dire qui proposent d’associer des personnes vieillissantes comme co-productrices de la connaissance, et si oui à quelles étapes de la recherche et avec quels apports éventuels pour penser l’avancée en âge ? Enfin, les communications pourront également s’intéresser à la manière dont la sociologie dispose, ou non, d’un pouvoir quand elle se confronte à ou quand elle est convoquée par d’autres disciplines dans des recherches dites interdisciplinaires en matière de vieillissement.

Les communications pourront contribuer, en partie ou en totalité, à l’un ou l’autre de ces questionnements.

Comme lors des précédentes éditions, le RT7 envisage d’organiser ses séances selon plusieurs formats : format congrès « classique » (communications de 20’, puis discussion générale) ; format de type « table ronde » (exposés courts de 15’, puis discussion initiée par un « discutant », les textes ayant préalablement été envoyés aux participants ou mis en ligne sur le site du réseau).

Cet appel à communications est bien sûr ouvert aux étudiant.es de 3ème cycle ainsi qu’aux sociologues exerçant des fonctions opérationnelles qui voudraient développer une analyse réflexive fondée sur leur pratique professionnelle. Les propositions que les un.es et les autres pourront faire seront particulièrement bienvenues.

Les propositions de communication (1 à 2 pages) sont à adresser avant le 20 janvier 2017 à Aline Chamahian (aline.chamahian[at]gmail.com) et Isabelle Mallon (Isabelle.Mallon[at]univ-lyon2.fr).

La sélection des propositions sera effective fin février. Il faudra alors enregistrer un résumé sur le site du Congrès à partir de mars. Les inscriptions pour le congrès seront closes le 30 avril.

[1] P. Bourdieu,1984, « La jeunesse n’est qu’un mot », Editions de Minuit, Paris, p. 143-144.

[2] Dosse F.  1997, L’Empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, Paris, La Découverte, coll. Sciences Humaines et Sociales.